Analyses histologiques du foie des souris infectées par Schistosoma mansoni après traitement par Ozoroa pulcherrima schweinf

2018, Revue française d'histotechnologie, vol: 30, n° 1, p 31-49

Jatsa Boukeng, Hermine; Cannet, Catherine; Femoe Membe, Ulrich; Feussom Gipwe, Nestor; Dzeufiet Djomeni, Paul Désiré; Tchuem Tchuente, Louis-Albert; Kamtchouing, Pierre

DOI : https://doi.org/10.25830/afh.rfh.2018.30.1.31

1. Laboratoire de Physiologie Animale, Département de Biologie et Physiologie Animales, Faculté des Sciences, Université de Yaoundé I, BP 812 YAOUNDÉ, Cameroun.

2. Laboratoire d’Histomorphométrie, Institut de Médecine Légale, BP 67085 STRASBOURg, France.

3. Laboratoire de Biologie générale, Département de Biologie et Physiologie Animales, Faculté des Sciences, Université de Yaoundé I, BP 812 YAOUNDÉ, Cameroun.

4. Centre Schistosomiases et Parasitologie, BP 7244 YAOUNDÉ, Cameroun.

 

mjatsa@yahoo.fr

 

https://www.afhisto.fr/revue-2018

 

Résumé : Dans l’infection à Schistosoma mansoni, la majorité des Tmufs pondus par les vers femelles sont embolisés dans l’intestin puis le foie où ils déterminent la formation de granulomes évoluant vers le stade fibrotique. L’utilisation intensive du praziquantel, médicament de choix contre la schistosomiase pourrait conduire à une résistance des souches de schistosomes, d’où l’importance de développer une chimiothérapie alternative ou complémentaire. Cette étude histologique a été conduite pour vérifier le potentiel antifibrotique de la fraction à l’acétate d’éthyle de l’extrait méthanolique des racines de Ozoroa pulcherrima (EAOp) chez des souris infestées par S. mansoni. Un traitement quotidien à EAOp (100, 200 ou 400 mg/kg) a été réalisé pendant 28 jours à partir du 36ème jour post-infestation. Les souris ont été sacrifiées au 65ème jour post-infection, puis des paramètres parasitologiques et histologiques évalués dans le foie. Des coupes de foie de 5 µm ont été colorées à l’hématoxyline-éosine afin d’évaluer les infiltrations leucocytaires et la réaction granulomateuse. La coloration au picrosirius a été également entreprise pour la mise en évidence du collagène, ainsi que la coloration au Giemsa pour visualiser les Tmufs du parasite et la larve qu’ils renferment. Le traitement à EAOp a entrainé une réduction significative des charges parasitaire (p<0,01 et p<0,001) et ovulaire hépatique (p<0,01 et p<0,001) à toutes les doses. L’analyse histologique après traitement aussi bien à EAOp qu’au praziquantel a révélé une diminution de l’infiltration des cellules inflammatoires dans le parenchyme hépatique. De plus, le nombre et la taille des granulomes hépatiques ont été considérablement réduits. L’effet de cette plante a été aussi marqué par la diminution du dépôt de collagène autour des Tmufs du parasite. Cette étude est une preuve de l’activité antifibrotique de la fraction à l’acétate d’éthyle de Ozoroa pulcherrima et confirme ainsi l’utilisation empirique de cette plante dans le traitement des helminthiases intestinales. EAOp pourrait être considérée comme thérapie alternative ou complémentaire au praziquantel. 

 

Mots-clés: Schistosoma mansoni ; Liver ; Histology ; hematoxylin-eosin; Picrosirius; Giemsa; Ozoroa pulcherrima

 

English title: Histological analyzes of the liver of mice infected with Schistosoma mansoni after treatment with Ozoroa pulcherrima schweinf

 

Abstract: During Schistosoma mansoni infection, eggs released by female worms are embolized mostly in the intestine and the liver, where they induce granuloma formation which is sometimes followed by fibrosis. The intensive use of praziquantel for the treatment of schistosomiasis has raised concerns about the possible emergence of drug-resistant schistosomes. The search for alternative drugs has become a priority. The aim of this study was to histologically assess the antifibrotic potential of the ethyl acetate fraction from Ozoroa pulcherrima (EAOp) roots methanolic extract on S. mansoni-infected mice. The fraction at 100, 200 and 400 mg/kg was administered orally and daily to infected mice for 28 days, starting from 36th day post-infection. All mice were sacrificed at 65th day post-infection. Parasitological burden and histology of the liver were conducted. Hematoxylin and eosin (H&E) staining was performed to evaluate the inflammatory infiltration and the granulomatous reaction. Liver sections were also stained by picrosirius method for collagen evaluation. Giemsa staining method was also performed to visualize parasite eggs and the larvae inside it. The treatment produced significant reduction of the worm burden (p<0.01 and p<0.001) and the number of eggs accumulated in the liver (p<0.01 and p<0.001) at all doses. Histological analysis showed that after treatment of S. mansoni-infected mice with EAOp or praziquantel, inflammatory cells infiltration, the number and consistence of liver’s granuloma were reduced. This was characterized by an important reduction of collagen deposition around the eggs. This study is a histologically proof of the antifibrotic activity of Ozoroa pulcherrima ethyl acetate fraction and also supports the traditional use of this plant for the treatment of intestinal helminthiasis. EAOp could then be consider as an alternative or complementary therapy to praziquantel.

 

Keywords : Schistosoma mansoni ; Histologie ; Foie ; Hématoxyline ; Eosine ; Picrosirius ; HGiemsa ; Ozoroa pulcherrima

 

Copyright © Association française d'histotechnologie

https://www.afhisto.fr/

Disponibilité du pdf: embargo d'un an à partir de la date de parution (juin de l’année d’édition)

 

Comment citer cet article (How to cite this article) :

 

Jatsa Boukeng, Hermine; Cannet, Catherine; Femoe Membe, Ulrich; Feussom Gipwe, Nestor; Dzeufiet Djomeni, Paul Désiré; Tchuem Tchuente, Louis-Albert; Kamtchouing, Pierre 2018, Analyses histologiques du foie des souris infectées par Schistosoma mansoni après traitement par Ozoroa pulcherrima schweinf, Revue française d'histotechnologie (Amboise), vol:30, n°1, p: 31-49, https://doi.org/10.25830/afh.rfh.2018.30.1.31

 

Journal Article