My Items

I'm a title. ​Click here to edit me.

Immunofluorescence sur tissus inclus en paraffine

En 2015, la 2ème journée à thème de l’AFH a réuni six participants venus échanger leurs expériences sur le thème retenu de l’immunofluorescence en coupe paraffine. En effet si le plus souvent la détection d’antigènes par des techniques d’immunofluorescence est pratiquée sur des coupes de tissus congelés, son usage sur des coupes en paraffine est beaucoup plus rare et tient essentiellement au fait de la réputation qu’elle soit limitée par des problèmes d’autofluorescence par exemple. L’application de l’immunofluorescence sur des tissus inclus en paraffine n’en est pourtant pas moins intéressante si ces limites pouvaient être franchies. Aujourd’hui cela est possible avec l’évolution des outils disponibles, moyennant quelques mises au point qui sont rapportées ici et qui résultent du travail d’échanges réalisé par le groupe de participants réuni le 9 octobre 2015 à Paris.

Le technicien anapath dans l’humanitaire

Indisponible

Caractérisation de l’altération osseuse post-mortem par histomorphologie dans un contexte médico-légal : étude taphonomique sur restes humains

L’altération d’un os en période post-mortem, est à l’origine d’une détérioration identifiable en histologie. La dégradation de l’os se caractérise notamment par une altération collagénique observable précocement.
Dans le but de pouvoir caractériser cette altération, deux côtes ont été prélevées sur 6 corps humains et étudiées prospectivement pendant les 2 ans suivant le décès. Chaque os a fait l’objet d’une coupe histologique étudiée après coloration au rouge Sirius afin de mettre en évidence la dégradation du collagène en fonction du temps.
Une altération osseuse temporelle a pu être mise en évidence par une dégradation architecturale de l’os lamellaire, en l’absence de toute attaque microbienne sur cette période post-mortem. La coloration pratiquée à l’aide du rouge Sirius a permis d’attribuer cette altération à une dégradation collagénique de type hydrolyse chimique en raison de l’affinité de ce colorant pour les acides aminés
Lysine, Hydroxylysine et Arginine.
Notre travail a permis d’affirmer que des échantillons osseux humains étudiés en environnement contrôlé, et analysés pendant 24 mois, subissent une trajectoire diagénétique dont l’élément principal est l’hydrolyse collagénique.

La place des diatomées dans le diagnostic de la noyade

Indisponible

Cellules souches somatiques et hématopoïèse chez le mollusque

Indisponible

L’apport des études en histologie dentaire à la compréhension de l’évolution de l’homme

Indisponible

Apport des techniques histologiques en anthropologie médico-légale

Indisponible

La gestion de la scène d’infraction

Indisponible

L’Institut Médico-Légal de Paris

Indisponile

L’association française d’histotechnologie fête ses 30 ans

Indisponible

Intelligence artificielle et analyse d’images histologiques : Opportunités et challenges

L’anatomopathologie remonte au 19ème siècle. Depuis, le matériel n’a cessé d’évoluer, mais l’œil expert du pathologiste reste incontournable. De même, le processus complet (préparation du tissu et des lames, coloration, contrôle qualité) consiste encore en beaucoup d’étapes manuelles. Grâce à l’avènement récent de scanners numériques à bon rendement, les lames d’histopathologie tissulaire peuvent maintenant être numérisées et stockées sous forme d’images numériques. Avec la disponibilité et l’analyse d’un ensemble beaucoup plus vaste de variables combinées à des techniques d’imagerie et d’analyse sophistiquées, le paradigme traditionnel du pathologiste et de la microscopie pourrait rapidement être remplacé par la pathologie numérique, s’appuyant sur une visualisation sur écran des coupes de tissus numérisées et une analyse combinant un pathologiste et un système d’aide au diagnostic informatisé.
En termes d’analyse d’images, d’immenses progrès ont aussi été faits récemment, notamment les travaux de Lecun et al. sur les réseaux de neurones convolutionnels et surtout le développement de réseaux de neurones de très grandes tailles (apprentissage profond) qui révolutionnent le domaine. En effet, ceux-ci ont surpassé l’ensemble des méthodes de traitement d’images existantes dans la plupart des domaines (segmentation, détection d’objets, classification). L’ensemble des méthodes actuelles appliquées à l’analyse d’images histopathologiques sera présenté ainsi que les enjeux et défis technologiques futurs de cette discipline.

Méthode et intérêt de la construction d’un tissue micro-array de 2232 cancers du sein

La technique du Tissue Micro-Array (TMA) permet d’inclure de nombreux tissus (cylindres biopsiques) dans un même bloc de paraffine. Elle permet ainsi d’étudier l’exploration ou la validation de biomarqueurs spécifiques, descriptifs (prévalence d’une anomalie, etc.), pronostiques ou prédictifs sur un grand nombre de tumeurs.
Cette technique permet de faire une analyse à grande échelle des échantillons, elle permet un traitement uniforme de tous les prélèvements, une préservation du bloc donneur (bloc d’origine) et un gain de temps et de réactifs. Elle présente toutefois des inconvénients :
- La sélection des cas et la construction sont des étapes assez longues
- La coupe des blocs TMA est moins aisée que des coupes entières
- Pour des TMA non aléatoires, risque de spots non analysables par effet de bord en IHC
- La lecture peut s’avérer fastidieuse sans l’acquisition d’un logiciel approprié.
Afin de disposer d’une base de données à grande échelle de tumeurs mammaires, cette technologie a été choisie et ce projet a été abouti au bout de 3 longues années.